CHÂTEAU

Canon

Présentation Château Canon

« Coup de cœur pour ce Canon-Fronsac 2019, un vin de bouche puissante, avec des arômes de framboise mûre, très fin mais charpenté, bien charnu, très parfumé en bouche, d’un bel équilibre pour ce grand millésime classique. Beau 2018, particulièrement harmonieux, aux notes fruitées denses, dominées par le cassis et la cannelle, un vin dense, d’un beau rubis foncé, d’une belle concentration aromatique et avec de la matière. Le 2016, (médaille d’Or Concours Général Agricole Paris 2019), très typé, harmonieux, aux connotations fruitées et épicées, aux tanins mûrs et riches, il est classique et élégant, avec de la matière et une bouche chaleureuse, un vin racé comme on les aime, qui développe en finale des connotations délicates de fruits macérés et de poivre, de garde. »

Source : Millésimes 2021

L’historique du Château Canon

Il y a plus de deux siècles que le vin de Canon-Fronsac a su pénétrer dans les caves des bons connaisseurs de France, de Belgique, de Hollande et d’Angleterre et figurer sur les cartes de la plupart des meilleurs restaurants. La récolte moyenne de Canon-Fronsac est de l’ordre de 17000 hectolitres environ. On affirme que c’est Charlemagne, dans son oppidum de Fronsac, qui réglementa l’emploi de la barrique en bois pour le vieillissement.

On sait aussi que c’est le Maréchal-Duc de Richelieu, Duc de Fronsac qui introduisit à la Cour du Régent son ami, puis à celle de Louis XV, les meileurs vins de son Duché. Plus important peut-être est de savoir, dans l’histoire du vignoble bordelais, que les coteaux de Canon-Fronsac furent les premiers, dès la fin du XVIIè siècle, à bénéficier des recherches : sélections des meilleurs cépages, taille, vinification, etc., et des exigeantes directives des propriétaires, véritables ingénieurs !

Sur ce terroir, particulièrement propice à la naissance de grands vins, ils choisissent volontairement les terres pauvres mais bien exposées et drainées, ils limitent le rendement, plantent les cépages les mieux adaptés (le Merlot) et bien vite produisent un vin que les marchands d’Anvers, de Rotterdam, de Rennes ou de Lille vont venir chercher et vont accepter de payer bien plus cher que les meilleurs crus du voisinage ! Au long des années, la réputation du Canon-Fronsac va croître, et dans la 1ère édition de son livre Les Vins de Bordeaux (1868), Cock-Feret va écrire : Les seuls crus reconnus du Fronsadais sont les vins de côte des communes de Fronsac et de Saint-Michel-de-Fronsac, où le beau coteau de Canon produit un vin corsé, ferme, chaud, parfumé, possédant de la finesse, de la distinction et une réputation universelle.

Le vignoble Château Canon

La situation

Château Canon : un grand vin sur une petite superficie.

Dans les limites des deux villages de Fronsac et de Saint-Michel-de-Fronsac, s’étend un vignoble d’à peine 300 hectares de côtes, de combes et de vallons, l’un des plus beaux paysages viticoles du bordelais.

Ce vignoble privilégié est celui de Canon-Fronsac. Il produit le plus ancien et le plus réputé des vins récoltés en Libournais

Le terroir

La côte de Canon-Fronsac est le prolongement géologique vers le sud-ouest de la grande côte de Saint-Émilion portant les crus les plus prestigieux de l’appellation.

Elle en est séparée sur une distance de 5 à 6 km par la plaine de Pomerol à l’est. Au nord, s’étendent les vignobles de Fronsac. On y retrouve les calcaires à astéries et la molasse du Fronsadais donnant le vin dont le caractère suffit à le distinguer. Le relief accidenté de la région empêche la stagnation des eaux et la proximité des rivières protège les vignes des gelées.

Les vendanges

La date des vendanges est un événement majeur à Château Canon : elle doit correspondre à une maturité optimale des grappes.
Des prélèvements réguliers sont effectués dans les parcelles et des analyses précises sont menées (maturité phénolique – présence de sucre – acidité – dureté des tanins) pour déterminer la période la plus favorable. Les conditions météorologiques rentrent aussi dans ces précisions et pour le raisin comme pour les vendangeurs le beau temps est préférable à la pluie.
Selon le nombre de vendangeurs et d’amis venus prêter main en passant un bon moment au cœur des vignes, (vous pouvez toujours poser votre candidature), les vendanges peuvent s’étendre sur 2 à 5 jours.

Le raisin est ramassé et placé en cagettes ; chaque vendangeur ne sélectionnant que le premier choix.
Arrivé en cagettes au chai, le raisin est placé sur une table de triage motorisée ou vont s’affairer quatre personnes chargées d’éliminer les feuilles oubliées, les grappes les moins jolies ou pas assez mûres. A ce stade, on peut prétendre « rentrer dans les cuves » une vendange de qualité.

Le travail à la propriété

La vinification

Une fois le raisin amené en cagettes jusqu’au cuvier, une table de tri amène la sélection des meilleures grappes et élimine de façon impitoyable les grains verts, abimés ou suspects.
Après être foulé et égrappé, le raisin est amené dans les cuves par un mécanisme élévateur sans aucune utilisation de pompes susceptibles de torturer les grains.

Là, dans le silence du cuvier, une macération préfermentaire à froid de 4 à 5 jours permet de développer dans des conditions optimales les arômes de fruits. Vient ensuite la fermentation alcoolique contrôlée elle aussi par un système de thermorégulation afin de stabiliser la température. Selon les années, la durée de cuvaison est de l’ordre de 18 jours. Un premier décuvage est alors réalisé avant la mise en barrique pour y effectuer la seconde fermentation, dite « fermentation malolactique », parachévant le vin.

Un dernier mouturage et le vin remis en barriques va désormais, pendant 20 mois, à l’ombre et au silence du chai, lentement se transformer, maturer, évoluer…
Quelques mouturages réguliers complétés par des analyses microbiologiques permettent d’attendre la mise en bouteille.

L’élevage

L’élevage se fait en barriques de chêne pendant 20 mois. Les barriques sont en chêne français à 80%, en chêne européen à 15% et en chêne américain à 5%.

Elles sont renouvellées par tiers chaque année et les tonneliers sont des professionnels réputés pour leur sérieux et leur savoir-faire.

Les barriques sont placées à l’ombre, à l’abris des courants d’air et des variations brutales de température dans un chai à barriques dont toute la partie boisée est en chêne massif non traité pour éviter toute contamination éventuelle du vin.

Les millésimes

Un millésime de Château Canon est l’expression à la fois du terroir, de sa typicité mais aussi de l’année et de ses caractéristiques météorologiques : pluviosité, ensoleillement, rigueur de l’hiver, canicule (2003).


Chacun des millésimes conservera donc un air de famille du au mode de vinification (la griffe du vigneron), au terroir, aux cépages mais sera différent en fonction des caractéristiques de l’année qui l’a vu naître.


Un peu comme les enfants ayant un air de ressemblance car tous issus des mêmes parents, chaque millésime possède son propre caractère.


En règle générale, les vins de Château Canon sont des vins structurés et complexes, riches en sensations, aptes au vieillissement grâce à leur structure mais qui peuvent être bus jeunes en raison de leur forte proportion en merlot qui donne ses arômes de fruits au vin dès sa jeunesse.

Avez-vous l’âge légal pour acheter ou consommer de l’alcool dans votre pays de résidence ? Pour visiter ce site, vous devez être en âge de consommer de l’alcool dans votre pays de résidence. L'abus d'alcool est dangereux pour la santé.